En suivant « la bête », vint un moment où les « lune ki krame » rencontrèrent les elfes des bois. Ceux-ci alertés par le sillage de destruction de la tribu décidèrent d'y mettre un terme sans plus attendre. S'en suivi moult combats, embuscades et autres pièges pour morceler la grande Waaagh petit à petit. Mais « la bête » restait inarrêtable. Voyant sa tribut se faire décimer par un ennemie insupportablement furtif et qu'on ne pouvait rattraper, Dargrab mit tout simplement le feu à la forêt. Les elfes scandaliser redoublèrent de ferveur pour exterminer les peaux vertes. Les orcs quand à eux trouvèrent un regain de vitalité devant le spectacle des arbres brûlants.

Bien vite les esprits de la forêt firent payer son crime au prophète ; Dargrab fut lacérer par les dryades jusqu'à qu'il ne reste plus rien de lui.

Une bataille dantesque eut lieu dans ce paysage infernal. Le dragon des forêts Ydrein se posa au centre du conflit, son souffle toxique fit fondre la peau des orcs pris dans les gaz verts.

Les orcs sauvages étant spécialisés dans la chasse aux monstres qui rôdent dans les forêts, ceux-ci possédaient tout un attirail pour remplir leur office. L'une des ces armes était le « Gros Ki' trou' », une sorte de grande lance muni d'un silex géant pouvant percer les cuirs les plus durs. Portée par deux orcs, la pointe acérée se dirigeait donc à toute vitesse vers le torse du dragon. Mais les porteurs furent abattus par les vigilants forestiers juste à quelques mètres du monstre ailé laissant choir l'arme au sol.

« La bête » se rua sur cet adversaire de choix, mais le dragon se retourna infligeant un violent coup de sa queue qui envoya l'orc contre un arbre que son corps inerte fracassa avant de se retrouver à terre.

 Une myriade de passés défilèrent devant lui. Une époque où il défit un seigneur du chaos, une autre où il mettait à sac l'Empire des humains. Ici il dirigeait la plus grande waaagh jamais vue contre une forteresse naine. Il se vit aussi combattant les démons dans leurs royaumes infernaux où sur des bateaux lors d'une attaque navale contre des elfes noires. Et il entendait toujours le même nom scandé par ses guerriers, toujours le même nom lancé lors des défis par ses ennemis, toujours le même... le seul...

La bête se releva une nouvelle étincelle d'intelligence dans son œil unique. Il cracha un glaviot de sang et tout en chargeant en direction du dragon elle hurla : Je suis Nuuuuuuzzzzzzzzzgggrrrrrrrrruuubbbbbbbbbbb !!!!

 

Sans s’arrêter il ramassa le Gro Ki'Trou, sauta vers la gueule du dragon qui ne le vit qu'au dernier moment son attention déjà occupée pars les « Lune ki krame ». Nuzgrub prit appuie sur le museau du monstre et frappa de toute sa puissance le cou de la bête en retombant.

Le corps du dragon vint s’écraser sur les mousses et les racines, son corps agité de derniers soubresauts, un geyser de sang jaillissant de son cou sectionné.

Une forme monta sur le corps du dragon, un orc rouge couvert du sang du dragon, une arme géante tenue dans ses points. Dans un décor de feu et de flamme l'orc leva l'arme bien haut et hurla :

« Ki' ke cé eul Big boss ? »

La réponse ne se fit pas attendre et fut reprise par tous les orcs de la Lune ki' krame

«  Nuzgrub, Nuzgrub, Nuzgrub... »

 

Le massacre continua toute la nuit. Les elfes finirent par se retirer, le nombre de leurs pertes et les ravages des peaux vertes étant trop important. Toutefois bien que se fusse dans la douleur, l'objectif fut presque atteint. Les orcs avaient subit tant de pertes qu'ils ne représentaient plus la terrible menace du début. Au grand soulagement des elfes, les peaux vertes ne restèrent pas en ces lieux et partir plus au sud. Une bonne chose, car si la Waaghh c'était reformée les elfes n'auraient pas put l'affronter une nouvelle fois.

 

Nuzgrub récupéra le masque de Dargrab, montrant ainsi qu'il était l'élu des dieux verts. Celui ci se fixa sur son visage sans aucunes attaches, juste par magie.

Quelques jours plus tard les « Lune ki krame » arrivèrent en lisère de la forêt. Là, devant eux se trouver une nouvelle terre. Leur nouveau chef de guerre se tourna vers eux.

«  Vouv voyé c't endroit ? Bé tous ça cé t' à nous. Et ceu' ki son pas d'akord on va leur donner la meilleure baston d' leur vie ».

 

Les survivant de la dernière bataille sortir donc de la forêts en brayant, entonnant des chants tribaux et autres baragouinages prés à en découdre avec le premier venu......

FORUM

FORUM